La campagne de France Nature Environnement était-elle choquante ?

Publié le par Niodayoda

Pour faire un peu de "buzz" juste avant le Salon de l'Agriculture, et probablement aussi parce que la campagne pour les présidentielles est - déjà - ouverte, France Nature Environnement a lancé une campagne d'affichage, que je reproduis ici pour une plus grande clarté pour mes chères lectrices et chers lecteurs.

Réactions scandalisées du ministre des Agriculteurs de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du Territoire (MAAPRAT) Bruno Le Maire qui se dit "partagé entre colère et indignation" de voir FNE "se livrer à des raccourcis inacceptables sur le vieux refrain agriculteurs=pollueurs", affirmant que "La campagne de FNE contre l'agriculture est une campagne - et je pèse mes mots - scandaleuse et inacceptable".

Juste une remarque ici en passant : lorsque l'an dernier Nicolas Sarkozy avait décidé de clôturer le Salon et donc de ne pas l'inaugurer, les réactions de plusieurs syndicats étaient presque sur le même registre du scandale. Moralité : les agriculteurs ont le scandale facile...

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) a quant à elle déclaré : "FNE a choisi d'affirmer ses inquiétudes sur un certain modèle agricole avec des visuels un peu chocs. C'est un style contemporain qu'on trouve dans d'autres campagnes de communication, y compris dans certaines campagnes de communication de l'Etat", défendant le droit d'expression des associations environnementales, "principe fondateur du Grenelle de l'Environnement".

Les principaux intéressés, FNE, ont affirmé par la voix de leur porte-parole Benoît Hartmann que leur "intention était de susciter le débat" et qu'ils étaient contents "qu'il émerge".

 

S'il est vrai que cette campagne a pu placer dans l'embarras Eaux et Rivières de Bretagne, pourtant adhérente de FNE, qui travaille au quotidien avec les agriculteurs en appliquant la "politique des petits pas" pour les amener vers une agriculture moins impactante pour l'environnement, les réactions outrées du député breton Marc Le Fur à l'origine du décret qui a en grande partie provoquer la campagne de FNE sont plutôt déplacées et ne convainquent plus grand monde. (Ce décret que l'on peut d'ailleurs appelé "décret Le Fur" est le fruit d'un long combat ; il s'agit en fait au départ d'un amendement déposé lors de l'examen de la loi d'engagement national pour l'environnement dite Grenelle 2, qui a reçu un avis défavorable du gouvernement et a été rejeté, puis qui a été réintroduit lors de la loi de modernisation agricole, encadrant ainsi strictement le pouvoir réglementaire tant sur le fond que sur les délais pour prendre le décret).

 

Dans une démocratie en bon état de fonctionnement, à peine 6 mois après le vote de la loi d'Engagement national pour l'environnement et alors que certains décrets d'application sont parues et tous en bon état d'avancement, cette campagne aurait effectivement du être l'occasion d'un débat. Or il n'en a rien été, bien au contraire puisque par exemple la  régie publicitaire de la RATP, Metrobus, a refusé d'afficher 2 des visuels de la campagne, pour des motifs pour le moins... capillotractés.

Elle a refusé les 2 affiches sur les algues vertes au motif qu'elles ont un message "trop agressif et visent directement les éleveurs. Ces visuels très dénigrants sont contraires au principe de neutralité du service public"... Il y a des conseillers d'Etat qui bossent chez Metrobus ?

Elle a également refusé l'affiche imitation Kill Bill, pour un motif juridique plus valable cette fois - bien que je sois étonné que FNE n'ait pas pensé à cela - puisque l'affiche n'aurait pas reçu l'accord de Quentin Tarantino.

 

Et si on se posait les questions que devraient poser ces affiches ?

 

Rappelez-vous, il n'y a pas si longtemps, fin août 2009, le 20 plus exactement, François Fillon annonçait un grand plan national de lutte contre les algues vertes après la mort d'un cheval provoqué par une intoxication à l'hydrogène.

Bon en fait de lutte contre les algues vertes, l'idée principale était que l'Etat allait mettre la main à la poche pour financer le ramassage de ces algues qui font mauvais effets pour lorsque l'on se balade sur les plages bretonnes. Quant à la lutte contre les pratiques agricoles qui causent ce phénomène, elle devait être au coeur du grenelle de l'environnement. Certes, mais pas au coeur de la loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche, votée le 27 juillet 2010, soit 2 semaines seulement après la loi Grenelle 2...

Sur les abeilles, Wikipedia m'apprend que la célèbre citation "si les abeilles venaient à disparaître, l'humanité n'aurait plus que quatre années devant elle" attribuée à Albert Einstein est en fait apocryphe et provient de l'Union Nationale de l'Apiculture Française...ça casse un peu le mythe, mais ça ne signifie pas pour autant que ce soit faux.

Plusieurs facteurs peuvent être à l'origine de leur disparition progressive, mais ce qui est sûr c'est que le principe de précaution commanderait d'étudier les effets de l'usage intensif de certains pesticides produits phytosanitaires (ben oui ça fait moins peur quand même, il y a sanitaire dedans...). Or ce n'est pas la voie qu'a choisi le gouvernement, même avec le Grenelle de l'environnement. Je vous laisse le soin de lire les débats à l'Assemblée nationale sur les amendements 908, 925 et 986 qui visaient à supprimer l'article 36 bis A de la loi.

L'amendement n° 984 du député vert Yves Cochet, ministre de l'environnement de 2001 à 2002, préconisant l'interdiction des insecticides neonicotinoïdes, a été rejeté car "posant un problème d'incompatibilité avec le droit communautaire" d'après Serge Poignant, rapporteur pour avis de la commission des affaires économiques (voir le lien précedent).

Pourtant, une question écrite posée le 11 mars 2010 à la Commission européenne indique que l'Allemagne et l'Italie ont pris pour 2010 des mesures d'interdiction de mise sur le marché de ces mêmes produits... Y aurait-il quelques lobbys derrière le rejet de cette mesure ? Une note interne de l'Environmental Protection Agency (EPA, agence de protection de l'environnement américaine) révélée par Wikileaks (disponible pour les courageux en pdf en anglais ici et reprise par Greenpeace, en français, ici) semble indiquer que les expertises scientifiques sont aussi utiles aux USA qu'en France (voir l'affaire du Mediator)...

 

Et pour finir, les OGM.

 

D'un point de vue scientifique, n'y connaissant rien, je me garderai bien de prononcer ici (ou même ailleurs), d'opinion sur la question de ce point de vue.

Ce qui est plutôt sûr par contre c'est qu'un nombre important de français sont réservés, tendance défavorable, aux OGM.

Et à lire la position de France Nature Environnement sur leur site, elle ne me paraît pas totalement extrêmiste.

 

En conclusion : 

C'est une campagne choc, destinée à alerter l'opinion, quelques jours seulement avant le Salon de l'agriculture, et à un moment où la PAC 2013 est en discussion, avec en toile de fond la question de la conditionnalité des aides, en principe accordées en priorité aux exploitations agricoles les plus respectueuses de l'environnement.

C'est très certainement aussi une réaction au renouveau du discours opposant environnement et développement économique, discours favorisé par une sortie de crise qui se fait attendre.

En tout cas personnellement j'ai été plus choqué par la "censure" de la RATP de ces affiches que  par les affiches elles-mêmes, qui sont un brin provocantes mais beaucoup moins choquantes que chaque campagne de sécurité routière.

Et vous, avez-vous été choqués ? Réagissez en commentaires !

 

france-nature-environnement-appelle-a-l-application-du-prin.jpg

 

parodie-du-film-kill-bill-de-quentin-tarantino-credit-photo

 

certains-pesticides-tuent-les-abeilles-avertit-fne-credit-p.jpg

 

C'est sûr que c'est pas bon pour le tourisme, mais en même temps qui va en Bretagne au mois de février ?

 

article_fne4.jpg

 

l-absence-d-etiquetage-obligatoire-denonce-par-fne-credit-p

Publié dans Ecologie-Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

authueil 27/02/2011 15:51



Il est où le disclaimer :)



Niodayoda 27/02/2011 16:04



Tu voudrais quoi comme disclaimer, quelque chose comme :


"ATTENTION : ce billet comporte des images qui peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes et des agriculteurs" ? ;-)


 


Ou alors :


"ATTENTION : vous trouverez dans ce billet des images censurées par la régie publicitaire de la RATP qui les a jugées contraires à la neutralité du service public. Les lectrices et
lecteurs de ce blog n'ayant pas encore réclamé, à la différence de ceux des blogs de Maître Eolas et Authueil, qu'il soit reconnue d'utilité publique et qualifié de service public, votre
serviteur ne se sent pas lié par cette décion" ?